• Chapitre n°1 : l'odeur du sang (ancienne version)

     

    Elle est belle. Ça chevelure doré forme de magnifique vague sur les draps, elle ressemble à une poupée : ces jouets au forme si parfaite. Elle dort, ça poitrine ce balance paisiblement au rythme de ça respiration, je ne connais ni son nom ni de la où elle viens et pour quoi l'on veux ça mort. Tout ce que je sais c'est que je suis entrée dans ça chambre avec le silence d'une brise d'été et que le canon d'acier de mon arme et pointé vers son visage angélique. Je presse la détente, une fois, une autre et une dernière pour être sur. Ca poitrine ne bouge plus. Le bruit est étouffé par le silencieux, maintenant son corps si parfait et couverts de sang mais je ne ressens rien.

    Pourquoi ? Parce que c'est mon travail ... les idée noir je les met de cotée pour ma retraite, quant je serais vieux et que je voudrais mettre fin a mes jour, pour ce qui est de l'instant présent ... je met mes sentiment à la trappe, et tendis que le stagiaire vomie derrière moi, je ramasse les douilles et efface toute trace de mon passage. Lui laisse des indices à foison ... le fils du patron, un incapable de blondinet arrogent et qui veux être tueur parce qu'il trouve ça fun. Au final je me retrouve à faire de la garde d'enfants et ce fils de riche va se faire prendre, une fois a cotée des flics il va me balancer pour évité a ça petite tête blonde d'aller en prison et ça même si son paternel à les moyen de le faire sortir. L'on passe deux heures à tout nettoyer, le travail final est correct mais je ne reste pas à contempler mon oeuvre et je détale vite fait suivi du stagiaire.

    Nous sortons de l'hôtel le plus discrètement possible, marchant vers ma voiture garée un peu plus loin. Le jeune me pose tout un tas de question au quel je répond par un regard qui veux dire "Ferme là gamin !" qu'il saisi aussi tôt et me montre qu'il a compris en ferment son claque merde jusqu'a qu'on arrive prêt de ma maison. Une fois la voiture au garage je change ça plaque d'immatriculation par celle que j'utilise dans le civil. Le blondinet reste avec moi ce soir, c'est dans le contrat. Je m'allume une cigarette bien mérité et je file me coucher.

     

    Une chaleur me caresse l’oreille puis la joue, le soleil est déjà haut, j’ouvre les yeux et sort d’un sommeil agité comme à mon habitude. Le soleil me brûle les yeux … je hais le soleil au final pourquoi les gens aime le soleil ? Il provoque des cancers de la peau, l’on ne peu pas le contemplé ou il nous brûle les yeux, au contraire de la lune élégante et douce qui berce nos nuits, se laissent contemplé par ceux qui préfère ce compagnie a celle de leurs draps. Le blond dort au pied de mon lit sur un vieux matelas que j’ai bien voulut lui cédé, se jeune inconscient pensai avoir le lit, il se retrouve avec une balafre sur la main mais il a compris le message … Je risque d’avoir certain ennuis avec le paternel mais j’aurais passé une dernière bonne nuit.

    ____________________________________________________

    Voici l'ancienne version, beaucoup de changement seront apportés à la suivante. Entre autre je vais m'efforcer de donner à cette nouvelle un aspect plus polar.


  • Commentaires

    1
    Marylin
    Jeudi 18 Octobre 2012 à 12:45
    L'exact mix entre Hartigan et Marv, de Sin City. J'aime.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :